Index de l'article
Commémoration de l'Armistice 1918
Page 2
Page 3
Toutes les pages




Invitée à participer à l'exposition commémorative de l'Armistice 1918 à Coudekerque-Village le 11 novembre 2018, l'Association Téteghémoise d'Histoire (A.T.H.) a présenté le peu d'informations qu'elle possède sur la Grande Guerre, ce terrible conflit fossoyeur de l'Europe. Les archives anciennes de Téteghem sont en effet peu nombreuses, ayant été massivement détruites pendant les deux guerres mondiales.




 

 


Les rares documents montrés renseignent sur le monument aux morts érigé en mémoire de 60 victimes militaires (3 % de la population de la commune), leur identité.


Monument décidé par délibération du Conseil municipal le 12 octobre 1919 (le Maire étant Auguste Baes).

Marché attribué par délibération du Conseil municipal le 22 février 1920 à :

  • Octave Provoost, entrepreneur en maçonnerie de la commune, pour la construction en briques et ciment du piédestal. (Les briques seront fournies gracieusement par le briquetier téteghémois Degroote).

  • Lefebvre, marbrier rue du Sud à Bergues, pour la réalisation du monument.

Coût : 4 162,50 francs. Dépense « couverte en totalité par souscription publique ouverte dans la commune qui a produit 3 572,50 francs et par un crédit de 500 francs voté par le Conseil municipal et par la subvention de l’État fixée à 90 francs ».

Source : Archives départementales du Nord (ADN), 2O586/127


Inauguration et bénédiction du monument le dimanche 31 octobre 1920.

« À 10 heures 3 quarts, un cortège comprenant les familles des défunts, membres du Conseil municipal, combattants de 1870, combattants de 1914-1918, une délégation de la douane, les membres de la Jeunesse catholique, les enfants des écoles partira de la Mairie précédé du clergé pour se rendre à l’Église. A 11 heures, messe solennelle chantée par un ancien militaire (…) allocution de l'abbé Caneele curé de la paroisse (…). Une image-souvenir portant les noms de nos vaillants défenseurs sera distribuée par les soins de la municipalité. »

Source : Le Nord Maritime du 21 octobre 1920, Centre de la mémoire urbaine d'agglomération Archives de Dunkerque, PER 10.


Deux pièces d'artillerie prises à l'ennemi orneront l'édifice en 1921. (Les Allemands les reprendront en 1940).

« Trophées de guerre. Le gouvernement français vient d'attribuer à la commune de Téteghem, sur sa demande, deux souvenirs de guerre 1914-1918. Ils consistent en deux mortiers boches qui nous rappellent nos fameux 55 d'artillerie de campagne. »

Source : Le Nord Maritime du 2 mars 1921, Centre de la mémoire urbaine d'agglomération Archives de Dunkerque, PER 10.


Plan de situation du monument



Entre la Mairie (403) et l'Église (492), à l'intérieur du cimetière, en bordure.

Source : ADN, 2O586/127




Le monument actuel après sa restauration en 1968.




 

 


L'exposition a affiché d'autre part un canevas de tir et 4 cartes postales, l'une non datée d'un habitant parlant des attaques au gaz, les 3 autres de Poilus cantonnés à Téteghem écrivant à leurs familles.



Canevas de tir : plan servant à la préparation des tirs d'artillerie. Mesure des distances par triangulation, en partant d'un point haut (pour Téteghem, moulin à vent).

Source : fonds ATH




Bien cher ami,

Espérons que vous êtes tout a fait installés et déjà habitué a la nouvelle petite vie. De ces côtés l'on ne doit pas (se) douter des opérations loin de tout bruit. La petite famille doit goûter a plein poumons le bon air de ces belles journées que nous traversons. Sommes heureux de vous savoir content et que la santé de vos chers s'améliore de jour en jour. Souhaitons bonne continuation a tous.

Nous jouissons d'une parfaite santé, ainsi que nos chers soldats, qui en se jour sont a peu près tranquille. D'après les journeaux vous devez vous rendre compte de ce qui se passe de nos côtés. Terrible par les gaz. Surtout dans vos anciens emplacements mouvement continuel nuit et jour. Quand la fin.

Je termine ma petite carte dans l'attente de vous lire. Toute la famille réunie adresse leurs bonnes amitiés a la chère famille et vous embrassons bien affectueusement. La famille Deh...

Source : acquisition ATH, octobre 2018



Téteghem, le 3 6 15

Venant de recevoir la carte de bien aimé Maman, je viens un petit moment m'entretenir avec toi. Je suis satisfait de ton bon appétit, continu et soigne toi. Je viens de recevoir aussi le colis, il doit être venu vite puisque il ne m'est pas encore annoncé sur vos lettres, il est en bon état. Je trouve du sucre, 4 boites, et le morceau de viande que je n'ai pas encore goûté. Il est arrivé bien à point car nos réserves avait fini hier. Je vous remercie. Mon frère Auguste m'a écrit aujourd'hui aussi, et j'ai trouvé dans son aimable un papillon de 5 f. Demain j'écrirai plus long. Reçois de ton papa un doux baiser sans oublier Maman et Mémé. Je mets une carte d'Amiens d'un camarade tu l'auras pour ton album.

Source : fonds ATH




Vendredi 19 mai 1916

Ma petite chérie

Aujourd'hui ceux qui été partis en permision sont rentrer. Je te dirai que maintenant ont passe la visite avant d'aller en permision et au retour ont en rit beaucoup de cette affaire là. Je croit que ce soir il en partira d'autre, car ils sont avertis espérons que ca marche et que mon tour arrive bientôt. Je commence à languir lorsque l'on voit que sont tour aproche. Ont fait qui penser pourtant si elle venait à être suspendut faudrai bien y prendre du bon côté. Prenons toujour patience en attendant ce heureux jours. Que de bons baiser et bonne caresse j'aurai à te faire. En attendant je t'envois de bon mimi. Le bonjour à tous les amis.

Henri

Source : don de Bénédicte Wulles




Le 12 10 16

Chers Parents et Sœurs

Reçu votre lettre du 8 courant avec grand plaisir apprenant toujours de vos bonnes nouvelles. Quant à moi j'en suis de même. Pour maintenant je ne sais pas autre chose a vous dire. Nous attendons toujours le prochain départ mais pour où aller destination inconnu. J'avais oublié de vous dire qua mon départ des tranchées j'ai eus la visite du fils du pasteur Arnaud autrement dit le beau frère de Touïlle Marcel dont vous devez vous en rappellez. Il vous envoie souvenir. Bien le bonjour à tous.

Le patelin ou nous sommes actuellement.

Source : don de Bénédicte Wulles